Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche

Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche
Accueil
 

TWITTERSuivez nous sur Twitter

@73PCF

 

Rejoignez nous sur Facebook

 
 

Le 36ème congrès sur le vif raconté par Gilles, l'un de nos délégués savoyards

« Il est grand temps de rallumer les étoiles… » 

Guillaume APOLLINAIRE

Compte- rendu du 36° CONGRES du PCF 

Jeudi 7 Février

La délégation de Savoie au 36° Congrès du PCF était composée d’Amandine, Evelyne, Marie Elise, Yann, Fabien, Hocine, Gilles (7 participants)
Départ de Chambéry en TGV à 8H25, nous avons fait un petit 9 H (gros casse –croûte préparé par Fabien, oh ! plutôt par Corine…) Arrivée à 12 H 30, en suivant notre guide (Amandine) sur les lieux du Congrès (Docks d’Aubervilliers) ; petit moment de repos avant l’ouverture du Congrès à 14 H 15 par les délégations des usines en lutte (Fralib, Florange, Virgin, hospitaliers, cheminots…) , moment très fort.
Séance présidée par Francis WURTZ
Ensuite le maire de St Denis, commune qui accueille le Congrès, souhaite la bienvenue et explique sa ville, son département. Puis Francis WURTZ rend hommage à notre camarade tunisien tué.
14 H 45 Rapport d’ouverture par Pierre Laurent :
«  1,3 Milliards d’êtres humains dans le monde sont chômeurs…plutôt que d’ouvrir une aire de partage, le capital a préféré jouer, créer une crise durable où des pays écrasent les autres. Ce système est devenu fou et destructeur. Et pourtant, les richesses produites dans le monde permettraient de changer cette situation désastreuse pour l’énorme majorité des hommes. Mais le capitalisme favorise cette course à la rentabilité, au détriment de l’humain, de l’écologie, etc… Remettons « l’humain d’abord » … En accord avec le Front de Gauche, il faut «  œuvrer à des solutions immédiates, malgré la crise, pour le vrai changement, mettre en place des solutions de gauche à la crise ; préparer et rassembler pour changer dans l’action… » Petit extrait d’une grande intervention par la durée (1 H 30) mais surtout par la qualité.
16 H 15 Débat Général : plusieurs interventions
16 H 45 Intervention de l’Ambassadeur de Palestine, (ovationné).  Il remercie le Parti Communiste, les communistes français pour leur soutien sans faille depuis le début de leur lutte pour un état palestinien. C ‘est notre mobilisation permanente qui leur permet de tenir. Il rappelle que 95%des pays du monde sont pour un Etat Palestinien et qu’il faut continuer la lutte…..longue ovation
17 H Reprise des travaux jusqu’à 17 H54. Nouveau moment d’émotion : chanteuse kurde en hommage aux 3 femmes kurdes lâchement assassinées en France ; puis intervention du représentant du peuple Kurde co-président du BDP Kurde. Il démontre toute la confiance de son peuple, dans le combat des communistes français pour leur cause et toutes les autres causes et nous dit son grand respect. Il termine sous les applaudissements.
18 H 13 Reprise des travaux
André GERIN : » opposition critique et constructive…etc » Plusieurs interventions jusqu’à 19 H 30
Départ avec nos sacs jusqu’à notre hôtel, Avenue Victor Hugo, 20 minutes à pieds, (très bien après une journée assis) Nous voilà avec Cosette !.... (Hôtel Victor Hugo) chez les Thénardier : bon c’est facile… Nous ne sommes pas les Misérables, ni les Damnés de la terre : nous sommes dans un petit hôtel bien confortable avec du personnel fort sympathique ; le temps de poser nos valises et en route, bien conseillés par la réceptionniste de l’hôtel, vers un petit bistro juste à côté où nous mangeons un excellent couscous !!! Ensuite, dodo
Vendredi 8 Février
7 H 30 Petit déjeuner à l’hôtel, puis départ tous ensemble, direction les Docks
A partir de 9 H 45 travail en ruches, beaucoup de tables de 10 camarades de départements différents. Les délégués de la Savoie se sont partagé ces 3 thèmes  - l’alternative à l’austérité - l’avenir du Front de Gauche - un nouvel élan pour le PCF-
J’avais choisi ce dernier thème et j’ étais à la table 76 avec un ou une camarade de l’Isère, Indre et Loire, Corse du Sud , Seine ST Denis , Pyrénées Atlantiques, Savoie, Vaucluse et Loire . Extrait du débat : Il faut dépasser le 20° siècle et rentrer dans le 21°.On n’a pas vocation à rester dans l’histoire, il faut se projeter, faire le pari de l’intelligence, de l’émancipation…
J’ai pris la parole en expliquant que j’étais d’accord pour se projeter dans l’avenir, en étant combatif, mais qu’il ne fallait pas faire table rase du passé, car actuellement, si on demande aux jeunes et plus largement à tous les français, la sécu, ça les intéresse, les touche de près, les congés etc…. et j’en ai profité pour rapidement parler d’Ambroise CROIZAT , des luttes et des avancées sociales gagnées dans des périodes difficiles mais avec un PCF fort et combatif. D’autres ont parlé du FN et de sa visibilité sur internet et de notre non visibilité sur internet. Il faut répondre sur les sites mais de façon calme et argumentée. Le Corse avec un fort accent dit «  oui, il faut être calme, serein dans les propos mais se déchaîner dans la lutte, faire des affiches simples mais efficaces »Un élu de St- Pierre des Corps dit qu’ils ont un contact direct avec les gens et que cela paie mais c’est une ville dirigée par le PCF et c’est tout de même, plus facile. Une camarade des Pyrénées Atlantiques demande comment on milite avec les nouveaux adhérents ? Certains disent que la section organise un café citoyen, d’autres qu’ils font des apéros débat, etc…Le camarade de l’Ain estime que le parti est utile mais comment impulser ce nouvel élan ?
Je reprends la parole pour dire que malgré cette situation très difficile à vivre pour nos concitoyens, la période est propice : en effet, la plupart ont compris que la crise s’était celle du capitalisme, de la finance et ce n’était pas au peuple de la payer. De plus le PS ne fait plus une politique de gauche et cela devient hélas criant. Ces 2 arguments prouvent qu’il y a une place pour nos idées…Une autre camarade trouve qu’il est toujours plus facile d’expliquer, d’argumenter en fonction des problèmes spécifiques à chaque personne : manque d’arguments, manque de formation ; un autre prend la balle au bond : sur un sujet il faut faire une formation, action, c’est-à-dire après la formation faire du porte à porte sur le thème choisi...Fin du travail en ruche, le temps passe très vite car très intéressant. Voici un bref résumé de ma ruche, mais chaque Savoyard était une abeille et a certainement plein de choses à dire sur ce moment chaleureux
11H 25 Jean-Louis LEMOINE, trésorier national, nous donne l’examen des comptes :
Avec plus de 30 millions d’euros de ressources, nous sommes au 3° rang de toutes les formations politiques françaises. Dans les comptes du Parti, l’argent vient de l’aide publique, de la contribution des élus qui n’existe dans aucun autre parti, la cotisation des adhérents et les dons des personnes physiques. Il faut mener notre bataille financière et pour cela, la cotisation est la mère des batailles, celle qui entraine notre implantation, la souveraineté des communistes et leur mise en mouvement. La règle des trois tiers en discussion dans le cadre des statuts est justifiée par notre volonté de maintenir et développer les missions de mutualisation…La bataille financière, ce n’est pas une question en soi mais elle est directement liée à notre action…
Intervention d’un réalisateur de films et d’émissions télévisées : «  Je lance un appel aux journalistes qui ne font que relayer une annonce de l’AFP ne parlant que de la perte des outils sur la carte du PCF, alors qu’ il se passe beaucoup de choses très importantes dans ce Congrès, tant pour la France que pour la solidarité avec les délégations étrangères. J’en appelle à leur intelligence pour qu’ils gardent leur indépendance et qu’ils ne se contentent pas de rapporter du préfabriqué. Passage très applaudi. Je l’’ai croisé le lendemain et je lui ai dit qu’hélas, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas été entendu ….les journalistes n’avaient toujours pas retrouvé les outils !...
12 H 00 c’est une ovation qui salue l’arrivée de la délégation CGT avec Bernard Thibault et Thierry Lepaon, suivie de l’intervention du directeur de l’Humanité Patrick Le Hyaric. Il montre de façon très tonique le rôle des titres progressistes dans la bataille des idées, mais commence par lancer un appel à la libération de « notre confrère Nadir DENDOUNE, retenu en IRAK et originaire de la ville même où se tient le Congrès pour avoir pris une photo ; sortir Nadir de ce cauchemar, pas deux poids , deux mesures ;c’est une question qui nous concerne toutes et tous, un enjeu qui concerne tous les révolutionnaires Pour survivre, le système capitaliste a besoin de l’appauvrissement du débat public, l’Humanité ne s’y résout pas….  » Patrick termine en annonçant Jeudi 14 Février la publication d’un HD avec l’intégralité du texte sur « l’accord de sécurisation de l’emploi » signé entre le MEDEF et les syndicats minoritaires CFDT,CFTC,CFE.CGC….et demande à ce que cette campagne se fasse d’entreprise en entreprise, de bureau en bureau, rue par rue, quartier par quartier. Tous les autres journaux d’opinion sont recapitalisés, nous, notre journal, c’est grâce à vous qu’il résiste et qu’il est utile au progrès humain et aux batailles sociales. » « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde »A cette citation d’Albert CAMUS, Patrick LE HYARIC a ajouté : »Bien les nommer, c’est déjà permettre à chacune et à chacun de faire reculer la fatalité. » Très applaudi, le directeur de l’Humanité, sacré tribun… Il est déjà 13 H et nous prenons un excellent repas dans l’immense salle, juste en face de celle du congrès, où se tenaient les ruches le matin même. (Terrine de crustacés, cuisse de canard/purée, gâteau au chocolat, vin blanc rouge et café ; plus de 1000 personnes servies en 45 mn, un exploit !)
14 H 30 reprise des travaux ; petit rhum arrangé de La Réunion apporté par Gilles pour faire « glisser tout ça » framboise ou banane/fruit de la passion, telle est la question ? Tous les Savoyards y gouttent et même un camarade du Vaucluse, puis les travaux reprennent…Rapport introductif de Pierre DHARREVILLE sur la nouvelle rédaction de l’Humanifeste. C’est une salle particulièrement studieuse qui a planché vendredi après midi et samedi matin, sur le texte et les amendements…plus de 1500 amendements et vœux .La commission du texte en a tenu compte mais avec la double exigence : compléter le propos et être concis ;car l’objet principal «  est de donner une feuille de route, c’est un texte de sens, non un programme… »
15 H 00 le débat commence ; secondé par une présidence tournante très réactive, le rapporteur invite le congrès à se livrer à l’exercice démocratique de la relecture, de la discussion d’ajouts puis du vote systématique paragraphe par paragraphe…Ce travail s’opère sur un rythme soutenu, l’assemblée votant une bonne trentaine de fois et le rapport de forces donnait assez systématiquement : 500 voix pour , plus ou moins 50 contre…Donc travail sérieux jusqu’a16 H
16H00 Séquence émotion : intervention de Valter POMAR secrétaire exécutif du Forum de Sao Paulo et responsable du Parti du Travail : il nous expose simplement les problèmes de l’Amérique latine et pense que le nouveau mandat du président des USA risque de en pas être beaucoup mieux que le précédent….Beaucoup de combats sont menés au Venezuela et dans d’autres pays et « nous continuerons avec vous les communistes français à résister.. » très bon lui aussi Reprise des travaux : J’interviens alors pour proposer tout de même un amendement posé par la section d’Albertville concernant le surarmement de la France ; je propose de rajouter « la France est le 3° pays en ce qui concerne le budget de l’armement et pour la vente des armes » Puis un camarade du Var est venu ensuite renforcer cette proposition juste après en disant qu’il venait de vérifier et que la France est passée en 2° position ….Malgré nos deux interventions l’amendement n’a pas été pris en compte…. Les travaux continuent jusqu'à 17H
17H00 nouvelle séquence émotion ; cette fois c’est la secrétaire générale du Parti Socialiste Egyptien, Karina Al Hefnawi qui est venue saluer le 36° Congrès de notre parti. Elle explique que la révolution égyptienne a été menée en grande partie par les femmes et que leur courage a joué un grand rôle dans toutes les luttes. Déjà avant la révolution, les femmes se sont battues pour l’éducation, l’égalité hommes/femmes… Tous les événements qui ont marqué les 18 jours de la révolution égyptienne l’ont été avec une grande présence des femmes Elles se sont battues aussi pour la rédaction de la constitution en demandant entre autre l’égalité des hommes et des femmes à l’assemblée….Mais hélas 5 femmes dans la nouvelle constitution faite par les frères musulmans et les islamistes, contre 100 auparavant. A partir de ce moment là un mouvement de femmes s’est à nouveau constitué et se renforce. Elle termine en remerciant les communistes français pour leur soutien et toutes les luttes qu’ils mènent…encore une ovation !
17 H30 Reprise des travaux jusqu’à 18 H 20 où moment encore plus fort, on nous passe un enregistrement de Mumia Abu Jamal, depuis sa prison ; ovation, on en a la chair de poule… « Je suis enfin, grâce à votre combat, vous les communistes français, sorti après 30 ans, du couloir de la mort mais je reste en prison , et c’est vous qui par votre soutien, me permettez de ne pas craquer ; le seul pays où je me sente citoyen, c’est la France, vive la Parti Communiste Français !! » Tonnerre d’applaudissements… Reprise des travaux jusqu’à 19 H 50. Nous sommes très fatigués ; nous rentrons chez les Thénardier en laissant notre camarade Yann à la commission des candidatures qui devait entre autre proposer sa propre candidature pour représenter la Savoie au Conseil National.Quant à nous, nous sommes dispersés pour le repas du soir : Amandine et Hocine vont chercher Marie Elise à la gare de Lyon et mangent sur place, Fabien et moi au même bistro que la veille, et le pauvre Yann avec les camarades de la commission des candidatures « s’éclatent » avec un plateau repas. Ensuite dodo pour tous… ;
Samedi 9 Février
7 H 30 petit déjeuner à l’hôtel Victor Hugo : Yann nous explique qu’ils ont fini les travaux à 1 H du matin et que sa candidature n’a pas été retenue ; grosse déception de tous. Départ tous ensemble direction du congrès.
8H50 Evelyne nous rejoint chaque matin et nous lui apprenons que la candidature de Yann n’a pas été retenue et nous décidons de faire une intervention dans le débat pour les candidatures. Evelyne et moi mettons quelques idées sur le papier et pensons que ce serait bien qu’elle intervienne.
9H10 : suite des travaux sur le texte ; intro du passage sur le front de gauche par Olivier DARTIGNOLLES ; plusieurs points sont soulevés. Il faut partir de l’activité européenne et du budget social à la baisse et de ses conséquences pour les peuples…Mots d’ordre : le MEDEF a proposé des idées qui désarment les salariés, la gauche ne peut pas prendre la décision de désarmer les salariés ; il faut que nous arrivions à faire voter une loi d’amnistie pour tous les salariés condamnés pour avoir lutter . Comme vous le voyez, il est possible d’ouvrir une brèche, une mobilisation forte doit y contribuer…
9H30 début des débats faisant suite à ceux d’hier, présidés par nos deux présidents de Groupe à l’Assemblée Nationale (André CHASSAIGNE) et au SENAT (Eliane ASSASSI)
Nous continuons à discuter les paragraphes avec des interventions et des propositions d’amendements. A un amendement d’un camarade du Nord, proposant de marquer plus clairement dans le texte, le virage du gouvernement socialiste, je suis solidaire de Fabien et nous votons contre ce passage, puisque la commission décide de laisser ce passage en l’état. Visiblement, nous ne sommes pas les seuls puisqu’il y a 73 non alors qu’habituellement il y a entre 40 et 50 non lors du vote. La lecture du texte continue… souvent ponctuée d’appréciations empreintes d’humour de la part d’André CHASSAIGNE….
10 H40 Passage sur le Front de Gauche : beaucoup d’interventions mais pour la très grande majorité des congressistes, nous devons développer et pérenniser cette stratégie car depuis le FDG, notre Parti s’est renforcé avec de nombreux adhérents. Le Front de Gauche n’est plus une simple alliance électorale ; elle s’est transformée en une dynamique durable, une forme politique, et non un parti, dans laquelle chaque organisation, chaque personne se trouve respectée. Bien sûr, dans les interventions, toutes les inquiétudes n’ont pas totalement disparues, d’une dilution du PCF dans un super parti. Pour un intervenant ces craintes se focalisent, sur les adhésions directes de citoyens non membres d’un parti, au FDG.C ‘est alors qu’une camarade du Vaucluse intervient : » arrêtons de nous faire peur, nous sommes à l’origine du FDG !... », traduisant l’opinion générale du Congres.
11H10 Intervention de Pierre LAURENT : Etre ensemble la force agissante de la gauche.  «  Ce Congrès affirme l’ambition de faire du FDG un grand mouvement populaire, capable de bousculer le rapport de forces à gauche jusqu’à rendre majoritaires les options de transformation sociale. Refusant les orientations sociales libérales actuelles du gouvernement, qui conduiraient inévitablement à l’échec si elles étaient poursuivies, nous voulons tout faire pour rassembler la gauche, et gagner un changement de cap pour réussir. Rien ne nous empêchera d’être, ensemble, la force agissante de la gauche. Il va falloir faire avec nous » Pierre LAURENT, très en verve, termine en invitant les communistes à mesurer des enjeux profondément inédits, qui réclament de l’audace, ne pas voir peur… »
11H20 10 minutes de très forte émotion et un grand moment de solidarité lorsque Jacques FATH présente un à un la centaine de délégués internationaux, d’une soixantaine de pays, et qui ont été des acteurs à part entière de ce 36° Congrès, pour un nouvel internationalisme en chantier sur les « Docks », « un Front Populaire à l’échelle du monde »Ouf ! impressionnant ; Jacques FATH , avec une pêche incroyable, présente les délégations devant une salle debout ,poings levés, une ovation ponctuée par l’Internationale chantée spontanément…Je le dis souvent, mais là, je me suis vraiment senti « citoyen du monde »
11H32 Reprise des travaux sur notre texte .Dur, dur de s’y remettre ; ce que nous faisons tous studieusement jusqu’à 12H05, moment où nous devons voter « l’humanifeste » , «  Il est grand temps de rallumer les étoiles », dans sa totalité et amendé par le Congrès. Résultats : 554 oui, 74 non, 21 abstentions, 2 n’ont pas pris part au vote.
12H15 séquence émotion avec l’intervention de Issa N’DIAYE Universitaire de la Convergence Patriotique du Mali  : « le Mali est en guerre, une guerre imposée par les pays étrangers. L’intervention française au Mali, dénuée de toute arrière pensée ? Certes non, mais devant l’imminence des dangers, votre intervention fut un soulagement qui n’élude pas la question clé. Quand notre peuple décidera t-il de son avenir ? Toutes les décisions se prennent à Paris, Abidjan etc… jamais à Bamako. Notre pays est l’objet d’un impérialisme arabo-salafiste incarné par les pétromonarchies du Golfe comme le Quatar et l’Arabie Saoudite, fossoyeurs des libertés de leurs propres peuples et bailleurs de fonds des économies occidentales en perdition. Camardes communistes français, vous tenez votre 36° Congrès au moment où le capitalisme combat les libertés dans le monde entier et est responsable des guerres ; Camarades de France et du monde , nous luttons ensemble depuis longtemps, votre soutien ne se mesure pas en barils de pétrole et en tonnes d’uranium mais en relations humaines et en actions de solidarité »Après une petite complainte (histoire) africaine qui résume bien la situation du Mali, il termine en lançant «  Alors ensemble, osons rallumer les étoiles… »Ovation
12H40 Fin de la matinée ; repas 13H nous traversons la rue et «  bis repetitas, » nous prenons un excellent repas. Avant la séance de l’après midi, nous finissons les rhums arrangés ! Sans commentaires.
14H10 reprise des travaux : intervention de Pierre LAURENT sur l’Europe. « Avant de commencer, je vous présente une délégation des travailleurs de l’usine Aulnay en grève, venue saluer le Congrès ». Toute la salle scande avec eux : «   interdisons les licenciements, aucune usine ne doit fermer… » Encore un temps fort. Pierre LAURENT commence par saluer «  les 25 délégations des 17 pays européens qui nous font l’honneur de participer à notre 36° Congrès. La crise du capitalisme jette dans la misère de plus en plus de pays et en conséquence peuvent resurgir les dangers nationalistes, populistes etc…En Europe, notre destin est intimement lié, nos combats aussi, et s’il n’émerge pas une nouvelle refondation de nos sociétés, nous serons entrainés vers le pire…Construire une alternative, c’est combattre les règles du capitalisme et de la BCE, c’est refuser le consensus libéral et la règle d’or…cela passe par l’altersummit qui se tiendra à Athènes du 7 au 9 Juin ; cela passe aussi par le renforcement du groupe de la GUE.NGL au Parlement Européen en 2014 et la multiplication d’espaces et d’initiatives qui puissent  réunir les partis membres ou non du PGE.C’est dans cet esprit que le Parti de la Gauche Européenne discutera à son Congrès, de l’idée d’ un «  Forum Européen annuel des Alternatives »Pour finir, je passe la parole à Maité Mola, vice présidente du PGE, responsable du Parti Communiste d’Espagne, la cheville ouvrière du PGE : « C’est un honneur d’être avec vous, et je suis extrêmement émue .La situation en Espagne est épouvantable avec 27% de chômage dont 64% sont des jeunes à qui la droite du Parti Populaire dit d’émigrer ; la corruption est terrible…Le Parti Socialiste d’Espagne donne François Hollande comme exemple, avec sa règle d’or !!...On doit être dans la rue mais notre démarche est aussi de conquérir le pouvoir, etc….elle termine en citant une phrase du livre de Pierre Laurent : Rien n’est joué, rien n’est gagné d’avance, tout reste à faire .Vive le parti Communiste ! ovation Nouvelle séquence d’émotion ;Pierre LAURENT, je cite «  on dit d’elle, enfin tous les journalistes, qu’elle est singulière, c’est une femme exceptionnelle qui vient juste de sortir de l’Assemblée Nationale, voici Marie George BUFFET ( Très, très longue ovation) « Oui, j’ai défendu cette loi, oui, j’ai défendu un amendement, car la finalité  de cette loi, c’est le droit des enfants et non pas le droit d’avoir un enfant, c’est le droit des enfants à avoir un foyer, tout simplement, une famille. Pendant 11 jours, les députés de droite ont opposé la république des droits à la loi de la nature. Certains me disent qu’il vaudrait mieux défendre les salariés etc.…Je leur réponds que oui, nous allons nous battre contre l’accord sécurité emploi qui est un accord qui dessert les salariés au profit du MEDEF mais la loi que nous venons de voter n’est pas une parenthèse, c’est une révolution des idées qui parle simplement d’aimer… » Quelle grande responsable, nous avons là ! La salle est debout
15H24 A cet instant plus de 35000 visiteurs se sont connectés sur Internet, depuis le début de notre Congrès. C’est nouveau et énorme, pourtant presque rien sur les antennes !...Il est vrai que les journalistes recherchent les outils ; ils ne sont pas près de les trouver, de toute façon, ils ne sauraient pas s’en servir !...sérieux s’abstenir.
Cet après midi est consacré au débat puis au vote sur les statuts de notre parti. C’est la Présidente de la Commission des Statuts, Isabelle De Almeida, qui après son rapport introductif, dirigea les débats pendant presque 5 heures ; beaucoup d’interventions, des dizaines de délégués ont animé le débat dans une ambiance passionnée mais toujours respectueuse. Paragraphe par paragraphe, le texte est décrypté sur la base des 300 amendements reçus.
17H22 on commence à fatiguer, lorsqu’Isabelle interrompt la séance ; présentation d’une vidéo, un spot des JC, suivi du salut du Mouvement des jeunes Communistes qui montent un par un avec leur drapeau à la tribune. Sacrée ambiance, sacré coup de jeune…Son secrétaire, Nordine IDIR : « les médias s’étonnent qu’avec un nom comme ça, je sois le secrétaire du plus grand mouvement de jeunes de France…le capitalisme n’a plus d’avenir, nous, si…il termine sous un tonnerre d’applaudissements en citant VAILLANT COUTURIER : « le communisme est la jeunesse du monde «  puis « les jeunes seront le communisme de demain. »
Reprise des travaux. Si la philosophie générale du texte proposé aux congressistes ne fut pas bousculée, notons quand même des apports significatifs dus à la discussion lors de cette séance plénière : protection de l’écosystème comme défi de notre époque etc.…Mais au hit parade des échanges, se hisse sans conteste, la question de la règle par répartition de la cotisation. Après un long débat et de très nombreuses interventions, (nous ne sommes même pas intervenus tellement il y avait de prises de paroles), le Congrès décide d’adopter nouvelle disposition dite des 3 tiers.
18H45 Pierre LAURENT monte au créneau pour expliquer à nouveau l’importance de cette mesure.
19H01 nous sommes en retard, donc courte intervention de REINER de l’Association  « Non à l’OTAN oui à la PAIX » ; lui aussi, sans aucun papier fut très bon : « il faut que la justice sociale règne pour contrer les guerres etc… »Très applaudi également ; .reprise des travaux jusqu’au vote : 445 délégués sur 623 votants ont approuvé les nouveaux statuts du PCF.
19H40 «  En…Fin » des travaux de la 3° journée. Après une petite mousse bien méritée, nous rentrons avec les hauts savoyards qui dorment dans un hôtel IBIS pas très éloigné du notre et nous allons manger ensemble dans une pizzeria…Puis nous rentrons et tombons très vite dans les bras de Morphée !....
Dimanche 10 Février
7H30 : nous prenons pour la dernière fois notre petit déjeuner chez les Thénardier : bon Cosette a un peu l’accent polonais, c’est encore à cause de l’Europe ! Après de sympathiques au-revoir, nous partons d’un pas décidé tous ensemble pour la dernière journée du 36° Congrès. C’est dimanche et avec Fabien POINTET, on se dit que la journée va être longue : Que va dire Corine, si on travaille tout le dimanche ? Bon tant pis, on y va quand même...Chemin faisant, nous passons devant les ateliers chinois ; il y a des restes de pétards et beaucoup de décorations ; c’est leur nouvel an à eux…
9H20 Début des travaux. Débat général sur les directions sous la présidence de Marie George BUFFET. La photographie du Congrès nous est présentée sur les trois grands écrans installés dans la salle : 47% de femmes, presque la parité, le plus âgé est né en 1939 et la plus jeune est de 1995…Puis Patrick BESSAC, directeur de notre Congrès lance des remerciements à tous : «  les camarades responsables de la sécurité, la retransmission, la régie télé etc… et  vous, lance t-il, aux délégués : la force du partage ». Tout le monde applaudit, s’applaudit.
9H45 Retour au travail ; Rapport de Jacques CHABALIER sur les directions : « il faut avoir un appétit d’ogre pour changer la société, proposer sans cesse de rassembler contre ces politiques d’austérité. Alors en ce dimanche matin hivernal, au terme de ces semaines de débats, nous nous sentons certes un peu fatigués, mais nullement rassasiés et prêts à amplifier cette dynamique de l’espoir. Nous avons fait plus de 23000 adhésions depuis 2008 dont 7000 en 2012. Notre Conseil National sera paritaire et resserré puisqu’il ne comptera, si vous l’adoptez, plus que 166 membres contre 233 jusqu’à présent. De plus il y aura 50% de renouvellement ; je tiens aussi à saluer et remercier tous les camarades qui ont accepté de ne pas être reconduits dans cette responsabilité, pour laisser la place au nécessaire renouvellement de notre direction. Ils sont 116 dans ce cas, ce qui est exactement 53% des 233 membres du Conseil sortant. »
10H15 le débat commence ; il y a aussi beaucoup d’interventions. André GERIN (très ému) «  J’ai décidé, le moment est venu, de passer la main. Je suis fier que le PCF ait toujours droit de cité, ce n’était pas gagné…on a un peu raison, même si on n’a pas raison tout seul…J’ai trouvé dans ce Congrès, un peu de fraternité que l’on avait perdue...Vous le savez, j’étais entré en dissidence au Congrès de Martigues, et la dissidence, c’est une souffrance…Nous devons continuer de travailler avec les salariés dans l’industriel mais sans oublier les cadres, les ingénieurs, les chercheurs etc… ». Après quelques interventions, c’est au tour d’Evelyne pour notre Fédération de Savoie. Elle regrette que la commission n’ait pas retenu la candidature d’un savoyard, même si nous avons pris bonne note des efforts faits par la commission pour réduire le nombre au CN. Notre fédération présente, pour la première fois depuis longtemps , une candidature, jeune, et de plus représentant un département où les luttes sont en première ligne avec l’industrie en Maurienne( Rio Tinto), la vente des barrages aux privés, la lutte contre le travail du dimanche etc…Malgré cette plaidoirie, la commission ne reviendra pas sur sa décision. Nouvelle interruption de Marie George BUFFET pour saluer les journalistes qui couvrent le Congrès, suite à une intervention d’un jeune congressiste qui critique fortement les journalistes qui se précipitent sur un dissident qui aurait perdu les outils…
11H15 Fin du débat Jacques CHABALIER recentre le débat : «  il y a des contradictions mais nous avons beaucoup avancé pendant ce congrès, grâce aussi à la commission des candidatures qui a travaillé depuis des semaines le sujet.. Au final, le vote à bulletin secret donne sur 766 délégués : 716 votes dont 92 ont déposé un bulletin blanc ou nul et 624 ont approuvé la liste soit 100% des suffrages exprimés. Pour expliquer ce vote, il faut dire que pour la première fois depuis plusieurs congrès, une seule liste de candidats était soumise à notre vote. Pour cela 12 camarades qui ont signé des textes alternatifs ont rejoint la liste commune. L’annonce du résultat entraine une ovation avec drapeaux .
12H30 Allocution de Pierre LAURENT pour clore ce 36° CONGRES
« Je veux d ‘abord vous remercier de la confiance que vous venez d’accorder à la liste qui vous était proposée et à moi-même en me confiant un nouveau mandat de Secrétaire National…Etre utile au peuple, à la France, à la gauche…Nous voulions un Congrès marqué par la novation communiste….Nous voulions un Congrès ambitieux pour la transformation de l’Europe…Nous voulions un Congrès ambitieux pour le changement…Nous avons réussi …Trois propositions concrètes pour avancer le changement :la première c’est la bataille sur les questions de l’emploi et la sécurisation de l’emploi :un accord minoritaire ne peut devenir la règle…La deuxième proposition c ‘est l’égalité des droits : droit de vote des étrangers etc…La troisième proposition, c’est la défense des services publics, la relance de l’industrie….Il termine par ces mots : c’est le moment d’engager une grande mobilisation nationale pour rallumer les étoiles. Louis ARAGON disait « il y a de quoi rêver et de quoi serrer les poings »Alors rêvons et serrons les poings camarades. Très grande allocution sereine, efficace, du grand Laurent.
Tous les congressistes se lèvent et lancent des confettis faits avec des papiers déchirés, écrits ou non, c’est magnifique ! Résonne alors la Marseillaise chantée, a capella, par une métisse et reprise à plus de mille voix !...Que dire dans la foulée de l’Internationale, avec les drapeaux, les confettis, c’est tellement bien que l’artiste en rajoute un couplet. Trop bien, quel final !!!
Pierre LAURENT invite tous les congressistes à boire le verre de l’amitié juste à côté  de cette salle ; nous nous y prêtons très facilement. Là, en triquant au PCF, nous rencontrons Marie Christine VERGIAT, avec qui nous levons notre verre. Alors, j’ai l’idée de lui demander si elle serait libre le 27 Avril prochain, pour venir à notre Fête de la Liberté, pour participer à la partie politique. Elle consulte son agenda électronique, et me répond qu’à priori, cela est possible, mais qu’il faut le lui confirmer rapidement…ce qui sera effectivement fait, c’est ce que l’on appelle joindre l’utile à l’agréable….dehors il neigeote, nous nous disons au revoir et nous voila partis vers l’entrée du métro, juste à coté du Congrès (toute neuve, on la dirait faite pour nous !..) avec notre guide Amandine, direction Gare de Lyon. Nous mangeons à la Brasserie de la Gare, puis départ à 16H45 en TGV. Nous discutons, pendant tout le trajet, du Congrès, de l’ambiance etc…le temps passe très vite, arrivée à Chambéry 19H30, là, il neigeote aussi ; direction la Fédé, dernier verre ensemble, puis chacun regagne son foyer. A Albertville, comme depuis Chambéry, il neige.
Voilà, ce compte rendu peut paraitre un peu long, mais il retrace 4 jours de travail, d’émotions, de plaisir et de grande solidarité. C’était mon 3° Congrès en 38 ans d’adhésion ; de nos 2 premiers congrès, je n’ai que quelques souvenirs, rien d’écrit, ni de concret sur nos délégations ; là, j’ai voulu qu’il en reste quelque chose. De plus ce 36° Congrès a été constructif et serein, tous se sont respectés et pour ceux qui doutaient de l’utilité de notre parti, ils peuvent se rassurer, ne serait ce qu’au regard et à l’attente que les délégations étrangères portent sur nous. Nous devons être fiers de ce que nous avons fait, ce que nous faisons et ce que nous ferons.

Gilles .C.

 

 

 
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.