Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche

Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche
Accueil > Publications > Allobroges
 
 
 
 

Ugine - Louis Bertrand met les choses au point

 

La candidate UMP à la mairie d’Albertville, Martine Berthet, a tendance à raconter n’importe quoi pour se faire connaître. Ayant ainsi prétendu que l’OPHLM d’Ugine aurait disparu en 1995 sans la reprise en main de ses finances par Franck Lombard (son tuteur et mentor), elle s’est attirée une sanglante et juste mise au point de la part de notre camarade et ami Louis Bertrand, mise au point publiée par La Savoie et qui a fait sensation.
Louis Bertrand écrit en particulier : « En 1989, la municipalité de gauche avait deux défis à relever, une forte demande de logements (400 environ) et la reprise du patrimoine de l’usine (300 logements). Pour les réaliser, la signature d’une convention ville habitat a permis d’engager des opérations concernant plus de 400 logements pour le seul OPHLM (…)
Un tel programme n’a pu être mené à bien qu’avec les aides conjointes du Département, de l’Etat et de la ville (…) Il a aussi nécessité des emprunts à taux réduit auprès de la Caisse des dépôts et consignations.
Malgré des finances certes tendues en 1995, l’Office n’a jamais craint la liquidation judiciaire comme ce fut le cas pour la SCIC (pôle emploi) que gérait l’équipe de Martine Berthet. Parallèlement, nous avons su résister aux demandes pressantes du Préfet afin que les hausses de loyers restent limitées, tout en revendiquant, avec les locataires, des moyens nouveaux ».
Au contraire, aujourd’hui, à Ugine, alors qu’y règne la droite, l’OPH a un avenir compromis. Son organisme de contrôle a été très clair : «il note une absence de perspectives de renouvellement d’un parc de logements en voie d’obsolescence, une dégradation de l’autofinancement net, et surtout des manquements dans le respect de la réglementation. Il stigmatise des anomalies dans le contrat du directeur général qui cumule les fonctions de directeur de l’OPH et de la SEM, et le non respect des procédures de ventes de logements », ce qui fait beaucoup…
«Enfin, au moment où toute la politique du logement social en France est menacée, on n’a jamais entendu Martine Berthet relayer les revendications des organisations de locataires (comme une aide à la pierre à 40% du coût des opérations, une augmentation des APL, ou un budget égal à 2% du PIB)».
La prochaine fois, elle réfléchira avant de calomnier, Martine Berthet.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.