Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche

Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche
Accueil > Publications > Allobroges
 
 
 
 

Château-Feuillet - Fortes inquiétudes à Ferro-PEM

Lors du rassemblement syndical du 6 février, le responsable CGT de l’usine Ferro-PEM de Château-Feuillet, Claude Collombet, avait fait part de ses inquiétudes quant à l’avenir du site.
Nous l’avons rencontré à ce propos et il nous a confirmé qu’il se posait des questions suite à certaines déclarations patronales.
Le syndicat CGT du groupe avait demandé et obtenu la réunion d’un Comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire en mettant en avant son droit d’alerte face aux menaces pesant sur l’usine de Laudun, dans le Gard. Le lendemain de ce CCE, les élus CGT apprennent que le PDG de Ferro-PEM, entendu par une commission de l’Assemblée nationale sur la question de l’énergie nucléaire, venait d’annoncer que, sans tarifs électriques préférentiels pour ses usines, il n’en garantissait plus l’avenir. 6 sites industriels et 1 000 emplois directs étaient ainsi brutalement menacés d’une possible disparition !
Pour le syndicaliste Claude Collombet, il s’agit d’un véritable chantage : soit EDF « répond » aux exigences du patronat et lui «donne» son électricité (les «assistés» ne sont pas ceux qu’on croit…), soit les directions licencient des salariés. Le militant dénonce d’ailleurs ces ultralibéraux qui ont soutenu la mise en concurrence du secteur de l’énergie et la loi Nome, et qui se plaignent maintenant de leurs conséquences (étant entendu que, dans leur esprit, c’est aux salariés de payer la note…).
Il est évident qu’une vraie politique de gauche devrait revenir sur cette privatisation et recréer un grand service public de l’énergie afin de fournir une électricité à coût modéré aux entreprises qui, en contrepartie, investissent et développent sur leur site l’emploi stable et bien rémunéré. L’existence d’un secteur bancaire public permettrait également de consentir des prêts à bas taux d’intérêt aux usines qui privilégient la recherche et l’emploi durable.
Dans l’immédiat les salariés de Château-Feuillet ont besoin du soutien le plus large possible. D’autant qu’au-delà des jérémiades patronales sur le coût de l’énergie privatisée se dessine une autre réalité, celle d’importants investissements réalisés dans d’autres pays, investissements anticipant peut-être un éventuel aboutissement des négociations entre l’Europe et les USA sur «le grand marché transatlantique». Ainsi, le groupe Ferro-PEM a-t-il annoncé un investissement de 375 millions de dollars pour construire une nouvelle usine au Canada.
L’usine de Château-Feuillet n’est pas un «canard boiteux». Elle fabrique des produits d’avenir, du silicium métal pour les industries chimique et photovoltaïque, des ferro-alliages à forte valeur ajoutée. Grâce aux emplois directs et indirects qui en découlent, des familles ont pu construire leur vie dans la vallée.
C’est une richesse humaine à défendre. C’est pourquoi, d’ores et déjà la CGT a décidé d’informer et de mobiliser. Le soutien des communistes et du Front de gauche lui est acquis.