Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche

Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche
Accueil > Publications > Allobroges
 
 
 
 

A Chambéry - Pierre Laurent en appelle à la mobilisation et au rassemblement

A Chambéry - Pierre Laurent en appelle à la mobilisation et au rassemblement

La rencontre avec les militants communistes

L’après-midi du 28 février, à Chambéry, a été particulièrement chargée pour le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent.
Elle a commencé dès 16h avec une rencontre avec les communistes savoyards qui s’étaient déplacés en nombre malgré l’heure, a continué par l’inauguration des locaux chambériens de la liste «Cap à gauche», puis s’est terminée par un grand meeting à Bissy.
Notant, dans une courte présentation, les difficultés du Front de gauche à propos des élections municipales, Pierre Laurent a affirmé sa conviction qu’il y aurait des listes Front de gauche pour les élections européennes. Pour lui, le débat qui traverse le Front de gauche est : «quelle stratégie de rassemblement faut-il face au libéralisme ?». Mais, malgré les problèmes rencontrés, les communistes veulent aider à construire une mobilisation unitaire contre le pacte de responsabilité, pacte d’ailleurs dénoncé par l’ensemble des courants de la gauche du PS. Concernant ce pacte, il faut se méfier, les fameuses «contreparties» peuvent être pires que la situation actuelle !
Pointant l’importance de la future marche du 12 avril, Pierre Laurent a expliqué qu’il fallait y entraîner tous ceux qui ont voulu le changement et ont pris « en pleine figure » les renoncements gouvernementaux.
Suite à ce rapide propos, les militants savoyards ont pris la parole sur la question européenne, le pacte transatlantique, l’avenir du Front de gauche, les municipales, la taxe professionnelle, les situations locales.

Les précisions de Pierre Laurent après les interventions de la salle

Pour le responsable communiste, «on est en train de faire un travail de proximité formidable pour les élections municipales».
Les communistes sont présents sur des listes dans plus de 7 500 communes de plus de 1 000 habitants ! Le but est d’entraîner le maximum de communes et d’élus dans la résistance à la politique d’austérité. Le PCF veut faire bouger le rapport des forces en rassemblant dans la lutte tous les citoyens qui se reconnaissent dans les valeurs de gauche, «en leur tendant la main».
Pierre Laurent a d’ailleurs expliqué avec humour qu’il disait parfois à Jean-Luc Mélenchon que c’est ce que les communistes avaient fait avec lui lorsqu’il était encore au PS…
Dire la vérité sur la politique gouvernementale et entretenir l’espoir peut permettre ainsi de «débloquer» l’électorat socialiste. La droite et le PS affirment qu’il n’y a pas d’autres perspectives que l’austérité, c’est à nous de prouver le contraire, d’ouvrir des perspectives alternatives. Car, autrement, face à l’ampleur de la crise et des reculs sociaux, des citoyens peuvent être tentés par le racisme et le vote FN. Si aujourd’hui le gouvernement PS pratique une politique de droite, nous devons «ouvrir une porte» aux millions d’électeurs socialistes désemparés.
Dans le débat qui a traversé le Front de gauche, la direction du PCF a refusé de polémiquer, ne répondant pas à ce qui ressemblait parfois à de l’invective, et ce, pour une raison toute simple : il nous faudra bien arriver à travailler ensemble et à élargir le rassemblement. Cette attitude responsable, rassembleuse et porteuse d’avenir a été très appréciée par les nombreux militants présents.

Le meeting de soutien à la liste « Chambéry Cap à gauche »

Lorsque le meeting a commencé, il n’y avait plus une seule chaise de libre, la salle de La Bisseraine était comble. Michel Haudry, président du comité de soutien à la liste, a pris la parole en premier, suivi par Antoine Fatiga (conseiller régional Front de gauche) puis par Amandine Lécole (première communiste sur la liste, et dont c’était «ma première intervention en meeting»).
Guy Fajeau, tête de liste de « Cap à gauche », a regretté que le NPA local mène essentiellement son combat, non pas contre la droite et l’extrême droite, mais contre «notre liste». Précisant que lui et ses colistiers s’inscrivaient dans une démarche «Front de gauche», Guy Fajeau a présenté les grandes lignes de leur programme. C’est un programme qui refuse l’austérité imposée aux collectivités, qui veut développer les services publics locaux, promouvoir une politique écologique audacieuse, et qui envisage le retour en régie de la cuisine centrale. «Cap à gauche» veut «agir pour une ville solidaire» avec, par exemple, la création de centres municipaux de santé, car 30% de la population des quartiers populaires a des difficultés d’accès aux soins. «Nous avons créé des conseils d’habitants pour travailler à la mise en place des centres municipaux de santé». Avec la volonté d’établir une tarification sociale pour l’eau et l’assainissement, des budgets participatifs pour les citoyens, la liste conduite par Guy Fajeau entend contribuer à «battre la droite et l’extrême droite et mettre le cap à gauche».

L’intervention de Pierre Laurent

Pour Pierre Laurent, «le Front de gauche a été créé pour permettre la convergence de toutes les forces voulant le changement, conçu non pas comme un bunker, mais comme un Front ouvert profession destiné à s’élargir. Car il faut dresser, à tous les niveaux, des barrières aux politiques d’austérité qu’on veut nous imposer».
C’est dans cette idée qu’on participe aux élections municipales.
Nos futurs élus vont se battre pour engager leur commune à défendre les politiques publiques, à résister aux politiques d’austérité, en sachant que, «quand les populations poussent» on peut imposer des choix antilibéraux dans les municipalités. «Cette bataille municipale est le maillon d’une autre bataille, celle des élections européennes».
Ce sera aussi une lutte de rassemblement, car «il y a une majorité de gens de gauche dans ce pays qui sont opposés à l’actuelle construction européenne». Le PCF se donne cet objectif, rassembler toutes les forces qui s’interrogent et aspirent à une autre Europe.
Pierre Laurent va conclure son intervention par des mots fortement applaudis : «Nous ne devons jamais perdre confiance dans les travailleurs, dans notre peuple, même s’il est parfois déboussolé. Commençons par marquer des points dans la bataille municipale, ils permettront de mener à bien les batailles suivantes». Par leur démarche de mobilisation et de rassemblement, les communistes veulent contribuer à recréer de l’espoir.
Tout simplement.