Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche

Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche
Accueil > Publications > Allobroges
 
 
 
 

Les Allobroges - N°919 - 31 Mars 2O15

Editorial

Le résultat des élections prouve l’urgence d’une alternative à la politique actuelle

Alain Dupenloup

 

Contrairement aux pronostics et malgré les apparences, le Front de gauche progresse aux élections départementales qui viennent d’avoir lieu. Au 1er tour, nationalement, il totalise 9,4 % des suffrages (L’historien Roger Martelli le donnant même à 11,9 % en comptant tous les binômes comprenant un membre du Front de gauche), démentant les «estimations» honteusement manipulées du ministère de l’Intérieur. C’est un net progrès sur le score du PCF en 2008 (8,84 %) et sur celui du Front de gauche en 2011 (8,92 %). On ne va évi-demment pas s’en contenter (d’autant qu’il y a des pertes), mais, dans les conditions de précipitation électorale, de mé-diatisation scandaleuse du FN, de ras-le-bol de l’électorat populaire et d’appel au vote utile de Manuel Valls, c’est vraiment positif.

En Savoie, bien qu’absent dans 2 cantons (Bourg St Maurice et Modane), le Front de gauche totalise 10,61 % des suffrages (14 820 voix), ce qui est un indiscutable progrès par rapport à toutes les élections précédentes depuis 2007 (hormis la présidentielle de 2012). Aux régionales de 2010, il avait fait 6,58 % des voix, et 8,90 % aux cantonales de 2011 (ne concernant que la moitié des cantons).

De plus, à part à Aix-les-Bains II (où il réalise 4,11 % des voix, ce qui est fort honorable dans un canton difficile), le Front de gauche 73 dépasse partout les 5 % des voix, y compris à Chambéry où certains de ses partenaires s’étaient retirés de ses binômes et n’étaient pas apparus durant la campagne. Il obtient de bons résultats dans des cités ouvrières (en tête à Feissons-sur-Isère et à Pomblière) et dans des quartiers

comme celui de Chambéry-le-Haut. Pour sa part, le PS paie le soutien de ses élus à la politique d’austérité : avec seulement 4 cantons conservés (Thierry Repentin n’étant réélu que d’extrême justesse), il ressort très affaibli des élections.

Mais la non réélection des deux élus sortants du Front de gauche, Christiane Lehmann et Jean-Louis Portaz, est une lourde déception. Ils avaient fait un travail remarquable, dé-fendant pied à pied les intérêts des familles, des salariés, des plus humbles, présents sur le terrain au côté des ouvriers dont les usines fermaient, humains, chaleureux. Ils sont battus par le charcutage électoral socialiste, dont on peut penser que c’était le but essentiel.

La lutte pour défendre le social en sera rendue plus difficile, mais l’urgence commande de ne pas baisser les bras. Ainsi, la banderole visible sur notre photo, banderole plantée par les salariés de GrafTech devant leur usine, montre combien la ré-sistance aux méfaits du capitalisme est nécessaire.

La droite savoyarde est désormais maîtresse du département. Le Front de gauche en est éliminé. Le PS est laminé. Ce n’est pas en se lamentant sur le manque d’unité qu’on s’en sortira. L’unité, oui, mais pour quoi faire ? Si c’est pour suivre Manuel Valls dans ses choix de casse de la gauche, qu’on ne compte pas sur les communistes. Pour eux, l’unité n’a de sens que si elle soutient une politique antilibérale. Et c’est pour qu’elle devienne une espérance de masse qu’ils se remobilisent déjà.

Alain Dupenloup Par Alain Dupenloup

 

Par Alain Dupenloup, le 01 April 2015

    Sommaire :

    Editorial – Chambéry : progrès du Front de gauche -Manifestation du 9 avril - GrafTech en lutte - Ugine : après les élections - Montvalezan : une commune asphyxiée - St Georges : hommage aux maquisards -Charcuterie électorale - Allos sports - St Pierre d’Al-bigny : déçus, pas résignés.