Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche

Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche
Accueil > Publications > Allobroges
 
 
 
 

Les Allobroges - N°924 - 18 Juin 2O15

Edito

Notre peuple a besoin d’une issue de gauche à la crise politique

Alain Dupenloup

Toutes les mesures décidées par le gouvernement vont dans le même sens : hormis quelques effets d’annonce pour dire qu’on va s’occuper des miséreux, ces mesures constituent une aggravation de la politique d’austérité. Nicolas Sarkozy en reste bouche bée : il ne sait plus quelle critique apporter aux choix économiques de Manuel Valls. Si ce dernier n’aimait pas autant les voyages en avion, la droite ne saurait plus quoi lui reprocher (notons d’ailleurs qu’elle n’en fait pas trop, ses ministres ayant copieusement abusé de ce moyen de transport). Les salariés, les précaires et les chômeurs, les citoyens et les citoyennes de progrès ne s’y retrouvent plus :
c’est une crise politique.
C’est dans ce cadre délétère que vont se dérouler les prochaines élections régionales. Les communistes veulent en faire un moment de popularisation des solutions alternatives aux politiques libérales, un moment d’intervention populaire.
La résolution adoptée par le Conseil national du PCF est claire : «Nous voulons faire entrer dans le pouvoir régional les exigences populaires de solidarité et d’égalité, faire des élections régionales un moment du rassemblement de toutes celles et ceux qui veulent des politiques de gauche alternatives à l’austérité».
Si la présence d’élus communistes au sein des majorités régionales de gauche a permis des avancées en faveur des populations (voir Rhône-Alpes), la volonté du pouvoir et du Medef de faire des nouvelles régions élargies des espaces de mise en concurrence exacerbée appelle de nouvelles réponses. On ne peut pas faire comme si de rien n’était. C’est pourquoi les communistes ont engagé le dialogue avec les forces de gauche dans l’idée de combattre «les logiques de compétitivité», dans l’idée de construire des majorités rejetant l’austérité. Cela exclut tout soutien franc ou honteux à ce que font François Hollande et Manuel Valls.
D’ailleurs, «de plus en plus de voix, socialistes comme du Front de gauche, d’EELV, de Nouvelle Donne, de la sphère sociale disent leur volonté d’en finir avec cette politique gouvernementale qui conduit tout droit à la montée de l’abstention, à la désespérance, et nourrit le vote FN et celui pour la droite la plus revancharde ».
Les communistes appellent donc au rassemblement de tous ceux qui affirment cette volonté. Les élections régionales devraient le permettre. Elles pourront aussi relancer l’intervention citoyenne.
Sans faire preuve d’angélisme (nous savons bien qu’il y a des différences dans le mouvement populaire, la question du Lyon Turin en est une, par exemple), la responsabilité du PCF, comme celle du Front de gauche, est de favoriser «l’entrée en politique» de celles et ceux qui agissent contre la fermeture de la poste à Pralognan ou de la trésorerie de Bozel, pour un nouveau développement de l’hôpital de Moûtiers, et découvrent peut-être l’importance des services publics. Leur responsabilité est d’ouvrir les portes du rassemblement aux salariés de Carbone Savoie, de Cezus, de GrafTech, de Métaltemple et de toutes les usines en lutte, car c’est d’une telle mobilisation citoyenne que peut venir l’issue de gauche à la crise politique.