Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche

Fédération PCF de Savoie (73) - Front de Gauche
Accueil > Publications > Allobroges
 
 
 
 

Notre Dame de Briançon - Mobilisation contre les suppressions de postes dans l’usine Carbone Savoie

Malgré l’encombrement des routes, le samedi 15 mars, à l’appel de la CGT, de 150 à 200 personnes se sont retrouvées devant la gare de Notre Dame de Briançon pour s’opposer à la fermeture de Lannemezan et aux suppressions d’emplois décidées à Vénissieux et Notre Dame par la direction de Carbone Savoie (filiale de Rio Tinto). Au milieu des drapeaux et des banderoles de la CGT, Alain Dupenloup (pour le Front de gauche), David Pivier (pour la CGT de Carbone Savoie), Jean-François Rochaix (maire de La Léchère) et Eric Granata (pour l’UD-CGT) ont successivement pris la parole avant que David Pivier ne lise la touchante intervention faite par le dernier embauché de l’usine de Lannemezan devant la mairie de cette commune.

Les propositions des élus du Front de gauche

Alain Dupenloup rappela les propositions des députés et sénateurs du Front de gauche. Il déclara : «Beaucoup de ces propositions faisaient l’unanimité au sein des élus de gauche avant que François Hollande ne soit élu président de la République.
Aujourd’hui, les élus liés au gouvernement ne veulent plus les voter. Et pourtant il faudrait donner des droits nouveaux aux salariés pour qu’ils puissent intervenir dans les choix de gestion de leur entreprise, et donner aux comités d’entreprise la possibilité de s’opposer aux licenciements».
Dénonçant la politique d’austérité, le militant communiste montra combien elle était contraire à la relance de la croissance («Il n’y a pas besoin de sortir de St Cyr pour le comprendre» !), ajoutant : «On va conquérir des marchés à l’extérieur pour compenser le ralentissement de la consommation intérieure, nous disent les patrons, mais comme à l’extérieur on pratique aussi une politique d’austérité, ça ne compense rien du tout !». Se prononçant pour la création de services publics européens de l’acier et de l’aluminium, rappelant la nécessité d’un pôle bancaire public et d’un grand service public de l’énergie pour aider à l’investissement productif et au développement industriel, Alain Dupenloup précisa l’idée de fond du Front de gauche : toutes les mesures visant les entreprises doivent être incitatives à la création d’emplois durables et bien rémunérés.

L’intervention, à Lannemezan, du dernier embauché dans l’usine, Benjamin

Lue par David Pivier, cette intervention fut très écoutée. Nous en livrons ici l’essentiel. «Mes parents m’ont dit : il faut faire des études si tu veux t’en sortir. Alors j’ai obtenu le bac. Fort de mon diplôme, je suis parti à la recherche d’un emploi… pendant 10 mois ! Puis j’ai enchaîné les contrats d’intérim à la semaine pendant 1 an. Enfin j’ai décroché mon premier CDI. 2 ans plus tard j’ai vécu mon premier licenciement économique mais, comme j’ai eu de la chance, j’ai décroché un CDD de 24 mois dans une autre entreprise. Ensuite, retour à l’intérim pour 18 mois, avec des missions de un, deux ou trois jours !
Quand mon employeur m’a jeté, j’ai renoué avec les joies de l’intérim 18 mois de plus avec trois entreprises différentes, avant d’être embauché en CDI à Carbone Savoie. Elle vous paraît bien longue, mon histoire, pourtant j’ai à peine 30 ans ! Quand on décroche un CDI comme celui-là, l’horizon s’éclaircit : finie la galère, tous les mois le même salaire, des RTT pour se reposer, des congés payés pour se distraire, des projets plein la tête… Et comme on a l’impression que plus rien de grave ne peut arriver, on fait un crédit pour acheter un tas de ruines qu’on commence à retaper. Depuis, nous y travaillons avec ma femme car nous rêvons d’y installer au plus vite notre petite famille, notre deuxième enfant ayant tout juste 45 jours aujourd’hui».
Heureux de son travail, le jeune ouvrier dit : «Tu dois quand même faire attention à ce que tu fais. Le chef le répète : la pièce que tu transportes avec le Fenwick coûte quelques milliers d’euros, et quand tu as chargé le camion, il s’en va avec 50 000 euros de marchandises. J’en charge au minimum 4 par jour… Ces chiffres me donnent le vertige !
Carbone Savoie a dégagé 52 millions d’euros de bénéfices sur les 5 dernières années. Rio Tinto vient d’annoncer un résultat positif de 10,5 milliards de dollars pour 2013… malgré une conjoncture défavorable selon le PDG ! Les dividendes versés aux actionnaires seront en hausse de 15% par rapport à l’an dernier. Et le 11 février 2014, les requins ont dit : ça ne suffit pas, on va fermer Lannemezan ! Qu’importe pour eux le sort des 60 salariés directs et celui de la centaine d’emplois induits, qu’importe l’avenir des territoires qu’ils abandonnent.
Partout dans notre pays des plans dits sociaux sèment la misère parce qu’on laisse faire». Demandant alors «une loi contre les licenciements boursiers », Benjamin conclura : «continuons à clamer haut et fort non à la fermeture du site et aux suppressions d’emplois à Carbone Savoie».